• "C'est parce qu'elles mordent qu'on leur met une muselière ?", demandait à sa mère la douce Joséphine. Oui, elles mordent. Ce sont des femmes et en tant que telles elles sont dangereuses pour les radicaux islamiques.
    Ras le bol de la défense du pire.


    11 commentaires
  • Botticelli - La naissance de Vénus.

    Le pays où tu voulais aller, tu m'y as mené en songe, cette nuit, et tu étais belle... ah ! que tu étais belle, Chrysis ! Je suis revenu de ce pays-là.  On n'a jamais le bonheur deux fois avec le même événement. Je ne suis point insensé au point de gâter un souvenir heureux. Je te dois celui-ci, diras-tu ? mais comme je n'ai aimé que ton ombre, tu me dispenseras, chère tête, de remercier ta réalité.


    Pierre Louÿs - Aphrodite.


    votre commentaire

  • La quenelle-à-Dieudo, farce aussi molle que courte amphigouriquement représentée par son bras tendu depuis la clavicule en signe de salut hitlérien, pour rire, prêt à l'érection de l'humérus, se retrouve concurrencée par le service trois pièces de l'inénarrable Bigard qui, cette fois, après avoir "mis le paquet" à Bercy, a enlevé le bas (mineurs, s'abstenir, et âmes esthétiquement sensibles aussi).

    Jusqu'où va-t-on descendre ?, titrait Soral. Pour une fois, la question était pertinente.

    Toujours est-il que lui-même se serait vanté d'avoir une 22 long riffle.

    On n'en finit pas de s'extasier.


    6 commentaires
  • Sans doute les trois - quatre ? qui est ce rabbin sur leur affiche, le seul à ne pas être nommé, et toujours absent aux conférences de presse ? - compères du PAS auraient-ils préféré que Youssouf Fofana soutienne directement leur cause.
    Sortir de leur chapeau l'assassin présumé d'Ilan Halimi, après avoir été salués par le Hezbollah, Carlos puis Raël, leur aurait permis de s'auto-décerner le "prix de l'infréquentabilité et de l'insolence" cher à Dieudonné et Faurisson. Même si, après lecture d'une lettre de Yahvé adressée à Claude Vorilhon dans laquelle le Créateur "les vomit [les sionistes] par la bouche" et promet de les condamner à l'éternelle diaspora si Israël ne disparaît pas dans une grande Palestine, la tension dramatique ayant alors connu son acmé, ça aurait fait assez petit joueur.

    Ils devront donc se contenter des manœuvres subtiles d'Isabelle Coutant-Peyre, épouse du terroriste condamné à la réclusion à perpétuité, et avocat récemment congédiée par son client Fofana au motif que "Coutant-Peyre… Peyre, c'est juif, non ?".

    Dans un entretien vidéo publié sur Dailymotion et Agoravox par un anonyme "globereporter", la juriste habituée des cas sulfureux à l'instar de son maître Jacques Vergès - elle a représenté Roger Garaudy et Kemi Seba -, et qui se targue d'être une ennemie de l'Etat français, reprend point par point les élucubrations obsessionnelles paranoïaques des fers de lance de la liste "antisioniste". Les techniques discursives employées ne doivent cependant rien au hasard, et ce serait faire erreur que de les sous-estimer.

    La ligne de force des "résistants" auto-proclamés au complot international, c'est le mode victimaire à répétition. Victimes des "médias dominants", ils le sont des "pouvoirs occultes", du "lobby", et de tous ces "sionistes" qui provoqueraient attentats, maladies, guerres et catastrophes naturelles dans le but de dominer le monde.

    Ainsi, tandis que, lors de sa dernière conférence de presse avant le vote, Dieudonné, sans doute peu optimiste sur les résultats de sa liste - saluons cet éclair de lucidité -, n'avait strictement rien à dire et se contentait d'ânoner une litanie des embûches par ses ennemis dressées sur son chemin de croix, tandis que Yahia Gouasmi sermonnait les vilains journalistes - lesquels, il est vrai, ne citent pas toujours les propos tenus avec exactitude -, Alain Soral égrenait les noms de deux rédacteurs du Monde, et promettait en riant - vive l'humour - que "si un jour la France se lève, certains seront tondus". Des bourreaux aux victimes, la réalité n'encombre pas non plus Isabelle Coutant-Peyre : voici que la pasionaria des causes sordides et perdues encense Youssouf Fofana, victime, lui aussi, d'une terrible cabale doublée d'une insupportable pression médiatique.

    Pour elle, son ex-client, "quelqu'un d'extraordinaire, extrêmement courageux mais surtout très intelligent", est purement et simplement "sacrifié" pour "faire croire qu'il y a un antisémitisme en France, ce qui est radicalement faux", et sa condamnation "servira de trophée". Ne perdant pas de vue ses intérêts passionnels, elle précise que l'affaire de la rue Toullier - pour laquelle son mari aurait été condamné à perpétuité, exactement comme si ses actions terroristes précédentes n'avaient été pour rien dans le verdict  - "était une opération organisée par le Mossad". Forcément. Un supposé ex-agent des services d'espionnage israéliens en aurait même témoigné dans un livre, c'est dire.

    La rhétorique du "deux poids-deux mesures" n'est jamais très loin, opposant systématiquement les Juifs - ou les sionistes, selon - aux musulmans, Arabes ou Noirs.
    Dieudonné ne s'en prive pas non plus, qui a consacré la majeure partie de son dernier discours de campagne à la dernière "affaire" en date le concernant. Sur le plateau d'une chaîne de télévision suisse, un animateur du nom de Pascal Bernheim a en effet lancé une remarque désobligeante ("c'est un Nègre"), dont il s'est rapidement et publiquement excusé. Dieudonné a porté plainte, mais la Justice helvète, plus souple que la nôtre en matière de liberté d'expression, l'a classée sans suite. L'occasion était trop belle pour le sinistre comique, qui a cru bon d'y répondre en enregistrant une vidéo diffusée sur Youtube où il éructe : "le puissant lobby de youpins sionistes qu'il [Pascal Bernheim] représente est voleur, raciste et menteur" tout en précisant que c'est de l'humour. Argument que Pascal Bernheim avait d'ailleurs fait prévaloir relativement à son trait d'esprit lamentable. Le procureur de la République de Paris, qui ne semble pas goûter ce fin esprit à sa juste valeur, a ordonné une enquête dont l'issue pourrait bien être une condamnation de plus pour propos antisémites.

    De quoi nourrir en boucle le victimisme de l'histrion, et échauffer les langues de ses quelques soutiens. Mais l'essentiel, pour une fois, est ailleurs. Car en terme de propagande, la vérité est tapie dans le détail. Que l'on en juge. En quoi Pascal Bernheim est-il supposé avoir le moindre rapport avec le "sionisme" si ce n'est le soupçon de judéité que laisse planer son patronyme ? Une inspiration à la Fofana, qui doit tenir de sacré listes pour en déceler dans celui de Coutant-Peyre ?
    Un autre fait troublant met au jour le marasme idéologique et intellectuel de ces douteux "antisionistes". Dieudonné se garde bien, le plus souvent, de préciser le prénom de l'animateur suisse. Or Bernheim, c'est aussi le nom du Grand Rabbin de France. Prénom : Gilles.

    En associant "Monsieur Bernheim" aux "forces sionistes" au motif que son nom sonne juif, et en évitant soigneusement de le distinguer de son homonyme français, Dieudonné injecte une information subliminale avec laquelle on est bien en peine de distinguer l'antisionisme de l'antisémitisme.

    Qui, pour l'une comme pour les autres, n'existe pas.

    Nota : la lecture de la lettre de Yahvé à Claude Vorilhon, alias Raël, n'existe pas non plus, apparemment, car elle ne figure bizarrement pas sur le site du PAS, où la conférence de presse du jeudi 4 juin est présentée en deux parties et non en un long plan-séquence qui, en principe, en aurait garanti l'exacte présentation aux internautes. Etrange, pour qui se targue de transparence et de vérité. Un peu comme Isabelle Coutant-Peyre, lorsqu'elle affirme sans rire : "Je suis pour la légalité, ceux qui sont dans l'illégalité permanente ce n'est pas ma tasse de thé."

    Que ceux qui doutent de l'existence de ce divin courrier courroucé adressé à Raël le lisent à la source.


    10 commentaires
  • Zelote, francophone d'Israël, s'intéresse à la situation de son pays et, d'une manière plus générale, à ce qui se passe au Moyen-Orient. Il a publié cet article sur Agoravox, que je me fais un honneur et une joie de pouvoir présenter ici, en écho à celui de mon amie Bee et à notre P.A.C.E.


    La liste antisioniste conduite par Dieudonné aux prochaines élections européennes veut instaurer une nouvelle ligne de fracture. Fini le gauche/droite, fini le capitaliste/socialiste, fini le pollueur/vert, fini l’Europe fédéraliste/Europe centralisée, voilà la nouvelle tendance directement importée de Téhéran : sioniste/antisioniste ! 

    En regardant les vidéos des conférences de la liste antisioniste, je me suis demandé plusieurs fois si je ne rêvais pas, pas un rêve plutôt un cauchemar. J’étais transporté dans les années 1930 où des discours similaires ont conduit à l’extermination de millions d’êtres humains. Tous les poncifs sont là : complot judéo-maçonnique (complot américano-sioniste) caractérisé par une domination mondiale, des lobbys, la manipulation des gouvernements et des peuples, la concentration des pouvoirs médiatiques et financiers… Les mêmes stigmatisations, les mêmes haines et les mêmes mensonges qui conduisent à une même ligne de fracture l’antisémitisme appelé sournoisement antisionisme.

    Pour bien comprendre le non-sens de l’antisionisme actuel, il convient de définir ce qu’est le sionisme.

    Le sionisme qui doit son nom au Mont Sion, colline où la ville de Jérusalem a été construite, fut un mouvement politique nationaliste né à la fin du XIXe siècle, prônant la création d’un Etat juif en Palestine. En novembre 1947, l’ONU proposa un plan de partage de la Palestine entre un Etat juif et un Etat arabe. L’Etat d’Israël fut proclamé le 14 mai 1948.

    Cette date marqua la fin de l’histoire du sionisme, laissant la place à l’histoire de l’Etat d’Israël. Or plus de soixante ans après, des pays, des organisations, des partis ou des gens affirment leur antisionisme. La liste conduite par Dieudonné lors des prochaines élections européennes n’a qu’une seule vocation : dénoncer le danger du sionisme dans la nation française, l’Europe et le monde.

    Ce qui est troublant lorsque l’on écoute les conférences de presse de cette liste, c’est la capacité des intervenants à réécrire l’histoire en nommant le mal absolu responsable de tous les maux de la planète en général et de la France en particulier : le sionisme. Bien commode ce terme désuet et « fourre tout » car il sert à la fois à désigner l’Etat d’Israël, les israéliens, les pro-israéliens et les juifs, chacun comprendra ce qu’il veut en fonction de ses sensibilités. D’ailleurs dans la conférence de presse du 25 avril 2009, le président du Front Parti Anti Sioniste (PAS), Yahia Gouasmi a déclaré :

    - « … Le sionisme après la Shoah, vous connaissez tous son histoire. Ils sont arrivés en France, les Juifs, malheureux, avec tout ce qu’ils ont subi. Le peuple de France les a accueillis, les a protégés ; il leur a donné tout ce qu’il pouvait leur donner. Une fois qu’ils se sont stabilisés, une partie d’entre eux se sont développés dans le sionisme et pour l’Etat sioniste d’Israël. Ils ont pris le pouvoir en France ; le pouvoir des médias, les trusts, la politique… »

    « …parce qu’il y a eu quelque chose en Allemagne avec une histoire - et bien sûr, très lourde de conséquences pour le peuple juif -, vous acceptez tout ce qu’il fait ! Et vous vous taisez ! Et vous avez peur ! [Soupir ironique] Nous on le craint pas… »

    « ... Si nous réussissons ici en France, à montrer sa nature, qui il est, que des citoyens prennent conscience, alors, je vous assure : la Palestine sera libérée. La France sera libérée. L’Europe sera libérée. L’Amérique sera libérée. Le monde sera libéré. C’est notre foi ; nous le croyons… »

    « … le sionisme n’est pas humain… c’est cette bête immonde qui bombarde et qui tue (Gaza)… »

    Pour saisir les objectifs de cette action politique, il ne suffit pas d’étudier le C.V. des membres de cette liste, bien que très révélateur, il faut également mettre en perspective la situation géopolitique du Moyen-Orient ces dernières années.

    Depuis la chute de Saddam Hussein, l’influence de l’Iran dans la région n’a cessé d’augmenter. La République Islamique d’Iran contrôle directement ou par le biais d’organisations affiliées un arc que l’on nomme « arc chiite », qui comprend l’Iran, le sud de l’Irak, la Syrie, le Sud Liban, Gaza et récemment les Pasdarans iraniens ont été localisé en Egypte (Sinaï) et au Soudan.

    Les pays voisins de l’Iran, sunnites pour la plupart, ne voient pas d’un très bon œil cette influence dans le cadre de la lutte qui oppose chiites et sunnites pour la suprématie du monde musulman, surtout avec la volonté affichée de l’Iran de maîtriser la technologie nucléaire.

    La résolution du problème palestinien étant une question importante au regard des masses musulmanes, l’Iran a décidé depuis les années 2004-2005 de créer une ligne de fracture avec les principaux pays sunnites. L’objectif étant de contrecarrer « l’Initiative de Paix Arabe » faite à Israël en 2002 par la lLgue arabe sous l’égide de l’Arabie Saoudite, qui en cas d’accord, donnerait tout le prestige aux pays sunnites.

    L’Iran a donc décidé de jouer la carte du conflit. Prenant prétexte des caricatures de Mahomet, les dirigeants iraniens ont organisé une conférence internationale sur la Shoah en 2005, invitant le banc et l’arrière-banc des négationnistes. Le retrait de Gaza en 2005 et la rencontre pleine d’espoir entre E. Olmert et M. Abbas en Jordanie en avril 2006 ont été suivis par l’attaque du Hamas qui a conduit à la capture du soldat Shalitt et à une opération militaire israélienne dans la bande de Gaza, ainsi qu’à l’attaque du Hezbollah qui a conduit à la guerre du Liban pendant l’été 2006. Dans ces deux opérations la main de l’Iran n’est pas à écarter, comme le laisse supposer cette vidéo.

    Depuis, le président iranien n’a eu de cesse de provoquer un sentiment de rejet des populations musulmanes vis-à-vis de l’Etat d’Israël, des Israéliens et des Juifs, allant même jusqu’à nommer Israël de « tumeur cancéreuse qu’il faut extirper du monde musulman. » Dans cette optique, le gouvernement iranien tente de rallier à sa cause le plus grand nombre en dehors du monde musulman. Or pour que le message puisse passer convenablement dans le monde occidental et être relayé par des organisations de gauche, altermondialistes, anticapitalistes, complotistes et d’extrême-droite regroupées dans le "Front Uni Contre le Sionisme", Ahmadinejad n’utilise que le terme "sionistes".

    Et nous arrivons à la liste de Dieudonné en France. Le cas de cet ancien humoriste est éloquent car il dénote d’une mauvaise foi flagrante. Il tente de faire croire qu’il a subi une cabale parce qu’il aurait fait un sketch sur un colon israélien, or ce qui a choqué la communauté juive ce n’est pas le sketch sur le colon mais plutôt la main tendue appuyé d’un « Isra Heil ». Ce qui lui a valu l’opprobre générale et des condamnations, ce ne sont pas ses propos sur la politique israélienne mais plutôt ses propos antisémites tels que « ces anciens négriers reconvertis dans la banque et les médias… » ou ses sketchs nauséabonds avec le révisionniste Faurrisson. Il avouera d’ailleurs qu’il n’utiliserait plus le terme "Juif" mais plutôt celui de "sioniste" pour éviter tout ennui judiciaire.

    Croire que Dieudonné est l’instigateur de cette liste est une utopie, il en est la tête de gondole. Le vrai initiateur de cette liste est Yahia Gouasmi, président de la Fédération Chiite de France, du Centre Zahra et du Parti Anti Sioniste à ne pas confondre avec la liste antisioniste qui regroupe toutes les tendances de l’antisémitisme et de l’anti-israélisme de France. [NDLR : Depuis la rédaction de cet article, Yahia Gouasmi se défend d'avoir plusieurs mandats, et n'est donc plus que président du P.A.S.]

    La Fédération Chiite de France présidée par Yahia Gouasmi « est un regroupement de différentes associations musulmanes chiites réparties sur l’ensemble du territoire national.
 Leur nombre selon certaines statistiques varie de 800 000 à 1 million de musulmans chiites en France. Bien entendu nous sommes l’organisation la plus active dans l’Hexagone.
L a Fédération a pour objectif d’organiser les chiites de France et d’Europe ».

    La visite de son site montre à quel point cette fédération tend à importer le conflit du Moyen-Orient dans la société française, tous les communiqués, toutes les lettres et les vidéos se rapportent à ce sujet. En fait cette association qui se veut l’équivalent du CRIF ne traite que du conflit israélo-arabe. Au cours d’une interview réalisée par la radio France Info le 17 janvier 2009 lors d’une manifestation de soutien aux Palestiniens, son président affirmait : « Cette manifestation c’est organisé par des gens qui pensent, comme nous, que Israël doit disparaître de la Palestine. C’est la seule solution pour la Palestine… Nous sommes sans le vouloir partie prenante d’un état nazi qui tue sans distinction… Ce qui se passe aujourd’hui à Gaza, nous sommes devant non seulement une nouvelle Shoah mais Hiroshima. » 

    Le Centre Zahra quant à lui se présente comme une passerelle entre l’Orient et l’Occident .Sur son site, on peut s’apercevoir qu’en plus de dispenser l’enseignement religieux chiite le Centre Zahra soutient ouvertement la République Islamique d’Iran et sa politique « anti-israélienne ». Il suffit de parcourir les vidéos disponibles sur le site et notamment l’intervention de son président Yahia Gouasmi du 11 février 2002 à la télévision d’Etat iranienne à l’occasion de l’anniversaire des trente ans de la révolution pour comprendre que l’objectif recherché est l’importation du conflit moyen-oriental sur le territoire français selon le souhait du président iranien. Il n’est d’ailleurs pas inutile de rappeler que le Centre Zahra a converti le célèbre Kemi Seba à l’islam chiite, bien connu pour ses dérives antisémites. Yahia Gouasmi annonçait par exemple à son interlocutrice « aujourd’hui, ma sœur, ils sont en train de perdre la guerre politique, les Israéliens, la guerre militaire ils l’ont perdue, et ils ont perdu la guerre médiatique, demain l’Iran sera le symbole de toute l’humanité, et Israël la malédiction  » ou encore « ils ont compris (peuple européen) que ceux que Iran soutient sortent toujours vainqueurs : Hezbollah, il n’y a personne derrière Hamas sinon Dieu et Iran, ils ont compris que le monde arabe c’est un traître »

    Le Parti Anti Sioniste est l’émanation politique du Centre Zahra, comme le souligne le P.A.S. sur son site le 29 janvier 2009 : « Toujours très ponctuels, frais et dispos, les membres du Parti Anti-Sioniste (P.A.S.), expression politique du Centre Zahra France, étaient les premiers arrivés, ils se préparaient tranquillement et paisiblement, munis de pancartes sur lesquelles figuraient « P.A.S. » au cœur d’une carte de France… » 

    Répondant en février 2008 à une interview de la chaîne de télévision SAHAR (Iran), Yahia Gouasmi confirmait qu’il « faisait de la politique influencée par l’Imam Khomeiny. D’ailleurs au cours de cet entretien, Yahia Gouasmi annonça fièrement que Dieu a choisit le peuple d’Iran qui serait potentiellement le sauveur du monde islamique »

    La liste de Dieudonné n’est qu’un cache nez pour masquer l’infiltration en France de la politique de la République Islamique d’Iran par un agent tel que Yahia Gouasmi. Bien sûr il y a les « idiots utiles » comme Dieudonné, Soral ou Meyssan qui peuvent croire au discours universel de justice et d’égalité mais derrière ces propos se cachenun vrai combat pour la domination du monde musulman par le chiisme, pour l’hégémomie du Moyen-Orient par l’Iran, pour la lutte contre l’Occident dans une vision apocalyptique du monde précédant la venue du Mahdi.


    3 commentaires