• J'ai besoin, à côté de moi, d'un homme simple et équilibré, et dont l'âme inquiète et trouble ne fournirait pas sans cesse un aliment à mon désespoir. Ces derniers temps, je ne te voyais plus sans un sentiment de peur et de malaise. Je sais très bien que c'est ton amour qui te fabrique tes inquiétudes sur mon compte, mais c'est ton âme malade et anormale comme la mienne qui exaspère ces inquiétudes et te ruine le sang. Je ne veux plus vivre auprès de toi dans la crainte. J'ajouterai à cela que j'ai besoin d'un homme qui soit uniquement à moi et que je puisse trouver chez moi à toute heure. Je suis désespérée de solitude. Je ne peux plus rentrer le soir, dans une chambre, seule, et sans aucune des facilités de la vie à portée de ma main. Il me faut un intérieur, et il me le faut tout de suite, et un homme qui s'occupe sans cesse de moi qui suis incapable de m'occuper de rien, qui s'occupe de moi pour les plus petites choses. Un artiste comme toi a sa vie, et ne peut pas faire cela. Tout ce que je te dis est d'un égoïsme féroce, mais c'est ainsi. Il ne m'est même pas nécessaire que cet homme soit très joli, je ne veux pas non plus qu'il soit d'une intelligence excessive, ni surtout qu'il réfléchisse trop. Il me suffit qu'il soit attaché à moi.

    Enfin, en écrivant ces lignes (les autres, en dessous) Antonin Artaud fit preuve d'une forme de grâce en sa lucidité et son aveu.

    Quant à toi, l'homme en question, si tu pouvais être fonctionnaire ou bénéficier d'un cédéhi dans une entreprise qui n'entend pas délocaliser, être propriétaire également, et assurer la gestion des papiers administratifs, ce serait un petit plus en ta faveur.
    Si en outre tu savais cuisiner des couscous dignes de ceux de Jeep, voire agrémenter mes repas de sensuelles trouvailles culinaires (sans faire preuve pour autant d'une imagination
    suspecte), construire une maison comme mon père mais selon mes plans, bricoler comme mon frère et laver la voiture pendant que je crée, suivre scrupuleusement les conseils des magazines pour hommes dans lesquels on t'explique comment m'apporter le café au lit le dimanche matin (avec une rose fraîchement acquise sur le marché) et comment m'envoyer au septième étage du ciel au moins cinq fois par semaine (beaucoup plus serait un gros plus en ta faveur), tu peux postuler.
    Et évite de perdre du temps, je languis de n'avoir rien à me mettre sous la main ni sous la dent.

    6 commentaires
  • Victor Keppler - Housewife in kitchen

    Ayant lu sur un blog estimable une lettre d'Artaud à une femme - qui était-ce ? - qui me rappelle une discussion d'hier les orteils dans le sable brûlant, je la publie ici avec ce qu'elle me donne envie de répondre, et remercie l'auteur du blog en question.

    "DEUXIEME LETTRE DE MÉNAGE
    J'ai besoin, à côté de moi, d'une femme simple et équilibrée, et dont l'âme inquiète et trouble ne fournirait pas sans cesse un aliment à mon désespoir. Ces derniers temps, je ne te voyais plus sans un sentiment de peur et de malaise. Je sais très bien que c'est ton amour qui te fabrique tes inquiétudes sur mon compte, mais c'est ton âme malade et anormale comme la mienne qui exaspère ces inquiétudes et te ruine le sang. Je ne veux plus vivre auprès de toi dans la crainte. J'ajouterai à cela que j'ai besoin d'une femme qui soit uniquement à moi et que je puisse trouver chez moi à toute heure. Je suis désespéré de solitude. Je ne peux plus rentrer le soir, dans une chambre, seul, et sans aucune des facilités de la vie à portée de ma main. Il me faut un intérieur, et il me le faut tout de suite, et une femme qui s'occupe sans cesse de moi qui suis incapable de m'occuper de rien, qui s'occupe de moi pour les plus petites choses. Une artiste comme toi a sa vie, et ne peut pas faire cela. Tout ce que je te dis est d'un égoïsme féroce, mais c'est ainsi. Il ne m'est même pas nécessaire que cette femme soit très jolie, je ne veux pas non plus qu'elle soit d'une intelligence excessive, ni surtout qu'elle réfléchisse trop. Il me suffit qu'elle soit attachée à moi. Je pense que tu sauras apprécier la grande franchise avec laquelle je te parle et que tu me donneras la preuve d'intelligence suivante : c'est de bien pénétrer que tout ce que je te dis n'a rien à voir avec la puissante tendresse, l'indéracinable sentiment d'amour que j'ai et que j'aurai inaliénablement pour toi, mais ce sentiment n'a rien à voir lui-même avec le courant ordinaire de la vie. Et elle est à vivre, la vie. Il y a trop de choses qui m'unissent à toi pour que je te demande de rompre, je te demande seulement de changer nos rapports, de nous faire chacun une vie différente, mais qui ne nous désunira pas.
    Extrait de L'ombilic des Limbes, Le pèse nerfs"



    Dommage qu'Artaud n'ait pu concevoir qu'il puisse coexister en une femme, puisque c'est de femme qu'il est question, une polyvalence des désirs, des aspirations, des capacités à s'inscrire dans une vie à double tiroir, celle d'un quotidien où un amour ultime a toute place en son cœur et ses gestes, et celle de l'errance en esprit qui donne parfois lieu à des œuvres.
    Je me demandais récemment si dans l'histoire de l'art et de la littérature on avait jamais su qu'une artiste aurait, mais enfin ce choix délibéré de confort ou plus exactement ce fantasme persistant de confort conjugal froidement déterminé et assumé en pleine lucidité, serait de tout temps le corollaire d'une réussite, qu'une femme artiste aurait embauché comme partenaire un métrosexuel à elle entièrement dévoué. Je dis métrosexuel parce qu'ils s'appliquent tant à se faire ménagères des temps modernes.
    En revanche on a pu connaître des couples exerçant chacun leur propension forcément assez maladive selon ces mêmes critères - nos ancêtres dans les cavernes étaient donc d'immenses névromanes (ou névromanesses ? comment savoir), déjà, avec leur manie de peindre les parois obscures - à épancher leur conscience avec plus ou moins de bonheur et ce sans souffrir d'inanition manifeste, qu'il s'agisse de la préparation des repas ou de la tendresse horizontale et verticale. Bref, ce désir, disons-le, de femme-mère, dénie à la génitrice aussi la possibilité d'exister autrement que dans la contrainte des jours. C'est triste.
    Plus affligeant encore, ce romantisme de l'éloignement qui au fond refuse de libérer cette seconde femme, celle des songes et des rêves, celle avec qui la vie n'aurait peut-être pas été toujours aussi tranquille qu'une soirée devant la télé et un déjeuner chez les beaux-parents le dimanche, mais pas moins paisible, profondément, pour autant.
    Il y a aussi que ça revient à dire que les femmes intelligentes et créatives sont invivables, nécessairement déséquilibrées - tandis que la normopathie qui cache ses vices sous ses vertus serait l'image même de la santé mentale (ô familles désastreuses qui renouvellent à la chaîne les candides désespoirs) - et que rien ne vaut une douce duègne agitant la cloche à l'heure des repas et le caleçon à celle du réveil.
    Oui, vraiment, c'est triste. Et ce d'autant qu'à l'autre bout de la lettre, la femme en question se résoudra sans doute plus difficilement, voire jamais, à s'accommoder d'un ours en peluche à mains d'homme pour les travaux domestiques et l'assurance de développer son soi à la postérité générale dédié. Je ne suis pas certaine, d'ailleurs, que si elle s'y résignait je l'estimerais pour ça, cette forme d'intelligence exclusivement concentrée sur la préservation de sa personne et l'entretien de son nid, ce calcul d'anticipation où la vie amoureuse (encore un gros mot) sourit au carriérisme - non sans être assorti d'un sacré poil dans la main qui rechigne à passer le balai ou à éplucher les oignons au nom de son génie à choyer.
    Cela dit on constate également qu'un accord tacite entre gens disons moins enclins à la rêverie unit assez souvent des couples sans amour. Puisque ce dernier est une valeur obsolète. A tort ou à raison. A tort ou à raison tandis que la valeur famille connaît un bel essor, quel qu'en soit le visage et quels qu'en soient les crimes silencieux, et avec elle la valeur patrimoniale mais non au sens d'une transmission d'amour et de tension, d'attention, justement, vers la bonté, la beauté, la fragilité de la vie et ce courage qu'il faut pour l'aimer vaille que vaille, par exemple, non, au sens d'une transmission de l'acquis immobilier et du portefeuille en Bourse.

    Moralité : C'est pas parce qu'on a des neurones qu'on n'aime pas cuisiner. Pfff.

    Aveu : J'ai recadré la photo qui ouvrait sur une perspective spirituelle, avec la hauteur himalayenne des séries de plats derrière la maîtresse de maison, sans toutefois insinuer méchamment qu'il ne se produit rien de particulier au-delà de sa permanente.

    Sollicitation : Maq, j'ai recherché en vain le mail où tu m'avais envoyé un petit film américain des années soixante, charmante illustration du comportement que doit adopter une jeune femme pour en devenir une bonne. Si tu passes par ici, merci de me donner le lien.

    votre commentaire
  • qu'j'sais pas
    dire des

    GROS


    MOTS


    (pute bite bande merde shit art chatte con chibre branle photo fourre caca bite couilles
    salace porno cam sexe queue fente reins fion encule film lime foutre seins baise
    jouis suce sperme blog jus mouille miches sexe toy slip zoom mouille clito gland avale
    raide bite cul trou zoom nichons défonce humide trempée scène glaouïes
    vit masturbe fesses son nibards culotte salaud salope verge érection net épilée voyeur
    éjac faciale tétons glabre enfonce Wharol braquemard suce bonne lèche vulve
    anus chaud décharge string nue Loft mes'stats mon'cul mes'seins ma'vie
    fesses-bouc flique-her my-spèce clic-clic)


    Need any translation ?


    3 commentaires

  • © Yves Grosdidier (Université de Montréal et Observatoire de Strasbourg), Anthony Moffat (Université de Montréal), Gilles Joncas (Université Laval), Agnes Acker (Observatoire de Strasbourg), et NASA.


    What else.

    Laisse-moi t'oublier pour un temps ou plus exactement oublier nos prières et marcher comme une teigne agrippée à des pores inconnues ou comme un pou égaré sur un crâne chauve et lisse, de ceux que je n'ai jamais voulu caresser étant née telle, le dard frais et pénétrant dans l'âme, la sucrette printanière, jouant le candide aux yeux vastes tout en sachant très bien qu'il faudra pardonner cet élan de cynisme qui relègue mon romantisme culturel au rang de précieuses chinoiseries. L'instinct de survie aura eu raison de nous ou des naufrages, verbe, musique, et ce n'est peut-être pas un tort. Laisse-moi trafiquer ce qui tremble, l'orner d'infâmes délicatesses telles que celle qui consiste à chausser des lunettes imaginaires pour par exemple sagement s'instruire en se disant que bah, c'est l'essentiel et que le reste est superfétatoire - n'ayant pas même le moindre espoir d'absolution de celui qui, par exemple, humant la netteté de l'iode les pieds crochés sur la falaise, déciderait qu'à mourir pour mourir il écrirait ce roman d'Huguenin, ni non plus avec la nuque excusable de celui qui, fort d'observer le monde, choisirait de lui dire adieu avant l'embrasement qui s'annonce puisque jusqu'à présent les millénaristes ont eu tort -, ou alors en patinant la cheville moulue sur un parquet censé faire chavirer les filles de cheville, de pompes, de cire, de lattes et tresser pour des sexes inconnus ces toiles arachnéennes où luit faible lueur un reliquat d'enfance au sourire scélérat.
    Laisse-moi t'oublier pour un temps chaque fois qu'on étreint nos silences en braille. Et t'endors pas sur le canapé ce soir.


    - Aimons les généreux, les vaillants, les boiteux, les bouseux, les taiseux, les pas-dedans ! Crachons malpoliment sur l'injonction à jouir et l'idée du bonheur.
    - Rions et pleurottons en chœur.
    - Je n'ai pourtant pas le goût du malheur.

    - Tant que rien ne bouge vraiment, il n'est pas en danger de mort. Mais si un jour sa petite voix insistante prenait de l'ampleur, cette voix qui ne réclame que justice, dignité, ces idées laminées dans l'époque et que l'on croit retrouver, par le jeu d'une contemplation active, juste réveillé, encore engourdi par la nuit et surpris par la clarté hésitante du ciel malgré la pluie, sur les marchés aux puces au milieu d'achats généraux. Ces histoires qu'on s'invente à n'en plus finir, l'œil fétichiste, goûtant des vies secrètes imaginaires qui officient en douceur, sacrements solitaires, caresses fictives sur une peau tendue sur terre, lèvres ouvertes sur le vide. Tu sais, quand les brocanteurs rachètent toute une vie tandis que ses enfants harassés ont décidé de laisser mourir la vieille dans la maison de retraite sans la prévenir. Sous les amas de verre, de porcelaine, de ferraille et de bois dort cet amour d'antan dont le souvenir s'éteint, usure de l'encre et ces graphes devenus illisibles, fébriles comme la main qui les écrivit, soigneusement exilé dans un double-tiroir, adjugé et payé en liquide avec le guéridon, la commode, les assiettes de l'arrière-tante, les albums familiaux et la bague de fiancée. Il sait ce qu'il risque. Je l'aime parce qu'il n'éprouve aucune colère, pourtant.
    - Les fesses au chaud, nous sommes ainsi les indignes descendants de Toumaï et de Lucie.
    - J'ai mal aux alvéoles. Mal à la peau.

    2 commentaires
  • Le démocrate nouveau est arrivé. Lui aussi colle à la vie. Ouvert(e). Sympa. Blessé(e). Chantant les feuilles mortes à la télé ou roulant en rollers sur le macadam parisien. Blouson de cuir et santiags. Crédible parce qu'authentique. Décoiffant. Tel qu'en lui-même enfin. Le bureau donne sur la chambre. Sans hypocrisie. Traduisons en bon latin : obscène.

    Ob-scenus : ce qu'il reste d'un homme quand il ne se met plus en scène (ob : à la place, en échange de). Quand s'exhibe ce que l'on doit cacher ou éviter. Tel est le premier sens du mot, dont le second fut conséquemment sinistre ou de mauvais augure. Le pluriel neutre, obscena, désignait les excréments. Appelons donc obscène, sans esprit polémique et au sens étymologique, une société qui, parce qu'elle ne supporte plus la coupure scénique, confond le surmoi et le moi, le nous et le je, l'ambition collective et l'ambitieux tout court. Qui fait passer la personne de l'écrivain avant son écriture, l'homme d'action avant son action et le musicien devant la musique. Obscène, en termes techniques, est le forum dont la dramaturgie se met à obéir à la télécratie. Ou qui passe, plus précisément, du plan large au gros plan qui vient fouiller le visage, la larme au coin de l'œil, le baiser sur la bouche et le petit dernier - au cours d'un cérémonial officiel. Et qui fera bientôt de chaque "moment fort" de la vie publique quelque chose d'intermédiaire entre la Roue de la fortune et le Loft.

    Régis Debray - L'obscénité démocratique - Flammarion, 2007.

    4 commentaires