• Paix aux pâtes de bonne volonté

    Jean Peters dans La Flibustière des Antilles, Jacques Tourneur 1951.

    Je suis actuellement en proie aux affres de la Révélation. Non, ce n'est pas Obamagic. Le Maître de la Sainte Eglise du Monstre en Spaghetti Volant m'ayant accordé la faveur de Sa Parole pastafarienne, je prédis une ruée sans précédent sur les prochaines collections automne-hiver ostensiblement pirates et terriblement glamour. Contrairement au keffieh qui, paraît-il, ferait fureur ces jours-ci, cette tenue religieuse n'offre aucune résistance à celui qui la (dé)croise (l'illustration ci-dessus, extraite d'un film de propagande impérialiste tourné à Hollywood grâce aux finances de la flibusterie mondiale pour subvertir les âmes de la vraie religion, loués en soient les prophètes, est un ignoble faux d'infidèle) - et pourtant, c'est de la bombe.

    N'allez pas, ô amis mécréants, imaginer que je serais en passe de me convertir sur un long chemin de Bologne, Carbonara, Arrabbiata ou Marinara illuminé par la conversion du vin en sangria, celle de la bière en picon ou celle du rhum en punch. La Grâce de l'Appendice Nouilleux a cependant su toucher en moi quelques zones en chaque homme et femme de bonne volonté, quelques zones, disais-je, dites sensibles ou al dente, usant de Preuves irréfutables (vues en vraies photographies) de Son existence, Ses dogmes et Sa célébration. Ce au nez, et surtout à la barbe, des santone en mal de péchés mignons, voire en pleine crise de foi.

    Que le Volcan sacré de la Sainte Trinité des extases soit sur vous.

    NOTA : Ce culte, selon les dires du Grand Prêtre, ne provoquerait aucune réaction phobique connue. Mais quelques explosions de joie.

  • Commentaires

    1
    Maquettes
    Jeudi 22 Janvier 2009 à 18:39
    San kukaï,c'est la bataille...
    Par un heureux hasard,nous éventrerons ce soir un paquet de gnocchis. J'espère que vous n'êtes pas trop sectaires amis pastafariens :) Bon appétit!
    2
    Jeudi 22 Janvier 2009 à 18:52
    Cette religion universelle
    célèbre toutes les bonnes pâtes, sans distinction de goûts ni de couleurs. Quant à moi, je m'apprête à sanctifier quelques authentiques spaghettis agrémentés de tomates pulpeuses et oints à l'huile d'olive :o)
    3
    Vendredi 23 Janvier 2009 à 22:59
    Rital I-tal ;c)
    Salut Mac Écosse :) Pasta Man vibration ye - ah positive ! Je constate chère Cosmic que tu t'amuses bien, et toujours avec ce f.... talent :) Le chemin de Bologne c'est un peu la route du Rhum tu sais, et c'est celui de Basse-Terre http://www.rhumbologne.fr (qui je le précise à regrettablement baissé en qualité) ;c) Maq, il y a déjà quelques mois que j'ai trouvé et lu "la Rage de Vivre" de Mezz MEZZROW que tu m'avais recommandé l'année dernière. C'est vraiment un destin hors du commun et l'argot made in Chicago, même traduit, c'est à vraiment s'étouffer :) Il faut que je le relise!
    4
    Michel Koutouzis
    Samedi 7 Février 2009 à 08:34
    Joyeuses insomnies
    Je ne sais plus quelle heure il est en France, ce que je sais, c'est que tes textes me font sourire et souvent rire en plein cœur de la nuit... Je m'habitue à toutes tes rubriques, comme on s'habitue à l'insomnie bienveillante MichelK
    5
    Michel Koutouzis
    Samedi 7 Février 2009 à 10:02
    Oursins et encre de seiche
    Porto Empédocle, malgré son nom, n’est pas une banlieue d’Agrigente ville natale de cet homme curieux qui fut guérisseur, mage, virtuose des courses de char et, en même temps, homme politique. Non, Porto Empédocle est une banlieue de Syracuse, la ville natale de Pythagore. C’est un port plutôt cradingue, d’un autre âge, celui où les jeunes filles, accompagnées du regard bienveillant mais aiguisé de leur famille, se promènent insouciantes au boulevard central, transformé les après midis en lieu de rencontres piétonnier. Il y a plein de choses à raconter sur ces siciliennes en quête d’amour, mais là n’est pas le sujet. Le sujet se sont les pâtes. Les trattorias délabrées et boudant les touristes égarés dans ces lieux qui ne leur sont pas destinés. On y mange une combinaison olympienne, dionysiaque, noire comme la lave de l’Etna. Ce noir qui s’accroche sur vos lèvres et vos gencives, qui vous donne l’air d’un amoureux surpris d’avoir embrassé sa belle protégée par le bleu de méthylène (vieille habitude bigote à Lesbos) est constellé de pépites rouges, les œufs d’oursin. Le noir c’est l’encre de seiche fraiche, extirpée à peine quelques heures plutôt en Méditerranée, sur les pointus, les vrais, ceux que les immigrés italiens importèrent il y a un siècle à Marseille. Le goût, la saveur, l’âcre douceur de ces pâtes, l’odeur saline qui vous renvoie aux montagnes de sel d’Aigues Mortes, s’accrochent à vous bien plus longtemps, des jours durant, que les tâches sur votre bouche. Mais les stigmates de cette combinaison vous suivront quelques heures, justement pendant que vous vous exhibez sur le lieu de promenade tout comme la chimère que vous croyez dégager et qui sussure : je suis des vôtres…
    6
    Samedi 7 Février 2009 à 14:58
    Pascal
    Il existe quelques probabilités pour que tu sois en devoir de me préparer un punch quelque temps avant que Taf ne m'offre un taboulé, si tu vois ce que je veux dire ;o)
    7
    Samedi 7 Février 2009 à 15:01
    Michel
    A te lire, je me dis que je vais devoir allonger mes possibilités temporelles de voyages. Alors, la Grèce, Genève ou Marseille ?
    8
    Michel Koutouzis
    Dimanche 8 Février 2009 à 07:17
    J'arrive
    Oh ma chère, ce fut l'année de tous les voyages et tous les dangers. Bagdad, Chartoum, Assouan (pas celui des touristes), Naples (idem), Palerme (que je ne veux pas oublier), Odessa (restée figée aux temps du muet), ta chère Bayrouth, retour à Kiev, un chapelet de saints et de saintes latinos (Clara la cubaine, Domaingue, Cruz la bolivienne et j'en passe...) Mais la réponse c'est la Grèce, une île, Céphalonie, un village perché, Plagia, un petit port Fiscardo... J'ai ben reçu ton mail
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :