• Otto-Man

    Le grand M1 a encore frappe. C est l ete, la Croisiere s amuse. Bonne lecture.

    Alors que tout le monde ne pense qu’aux vacances et à la mer, le premier ministre turc est décidé à lancer sa deuxième croisière s’amuse de la paix vers Gaza. Recep Tayyip Erdogan, auto-promu nouveau calife ottoman, veut sponsoriser une deuxième flottille de djihadistes de la paix vers Gaza. Après le grand succès qui a provoqué l’hystérie des médias et de la rue arabe chère à TF1, en mal de sensations fortes depuis que le hezbollah libanais n’ose plus péter une roquette de travers, c’est donc Erdogan, patron de l’AKP, le parti islamiste le plus fréquentable au monde qui décide d’animer l’été 2010 en poursuivant sa politique de provocation envers Israël avec un joyeux concept : le djihad humanitaire. C’est une sorte de croisade de la paix qui fédère aussi bien les barbus de tous poils que des bobos occidentaux qui jadis défendaient Saddam et n’avaient aucun complexe à serrer la main du "Raïs" de triste de mémoire. Les médias occidentaux sont tombés dans le panneau en relayant le martyr d’une croisière guerrière sponsorisée par IHH, une ONG "gouvernementale" turque proche du mouvement des frères musulmans égyptien. Le caractère pseudo humanitaire de cette expédition n’est qu’un cache sexe à une véritable opération de communication djihadiste organisée par un Erdogan totalement radicalisé après avoir vu ses chances d’intégrer l’union européenne partir en kebab. Ce qui est incroyable c’est que les médias se sont tellement passionnés pour cette sympathique flottille qu’ils ont oublié d’analyser la nouvelle donne turque et la volonté délibérée d’Erdogan de provoquer une nouvelle crise dans la région. Pour comprendre la logique d’Erdogan, il faut passer par celle de son parti, l’AKP, un parti islamiste fin de race resté exclu des grand-messes diplomatiques internationales alors qu’il se voyait se faire attribuer un sérieux rôle de négociateur dans la région. Cet "oubli" l’a un peu humilié dans les milieux fondamentalistes : entre eux, les barbus sont taquins. Le problème principal d’Erdogan, c’est que diplomatiquement, il n’a pas de réseaux, il est juste considéré comme un parvenu politique, un idiot qui n’est utile que par sa position géostratégique. Erdogan et ses potes du néo-islamisme turcs ont pigé qu’ils avaient la carte du monde arabo-musulman à jouer pour exercer une influence régionale internationale. Et pour ce faire, le discours d’Erdogan est d’une incroyable simplicité, mais d’une efficacité redoutable : la cause palestinienne et l’islam face au "diable" sioniste, un discours qui mobilise des foules arabes surexcitées en un temps record. Le Roi Hassan II du Maroc disait qu’Israël était l’aphrodisiaque des arabes, la Turquie lui donne raison encore une fois. Tout avait commencé le 29 Janvier 2009 lors du sommet de Davos, où Erdogan piquait publiquement sa crise face au Président israélien Shimon Peres sur fond d’intervention israélienne à Gaza. Erdogan tombait le masque et les hystériques du Hamas et du monde arabe découvraient émerveillés un nouveau porte-parole. La Turquie laïque d’Atatürk commençait ainsi à réintégrer son orbite naturelle et les occidentaux découvraient, médusés, le nouveau visage d’Erdogan. Et c’est panique à bord dans les chancelleries occidentales qui ne savent plus comment gérer une Turquie en pleine lune de miel avec les pires dictatures et mouvements terroristes de la région. Et Erdogan n’est pas à une vulgarité près puisqu’il demande à Israël de s’excuser pour terrorisme d’Etat. C’est incroyablement obscène de la part d’un pays qui rejette le génocide arménien, occupe une partie de Chypre et mène des opérations illégales en Irak pour massacrer des kurdes. Cette "révolution" anti-kémaliste de la Turquie, cette volte-face au monde occidental, Sarko l'avait prévue. Ca m’arrache les doigts de l’écrire mais le monarque avait très bien géré et étouffé le dossier turc pour son entrée dans l’union européenne malgré le lobbying pro-turc de beaucoup d’européens, et même des américains. Dès le départ, Sarko avait une bonne lecture de l’évolution politique turque qui allait inévitablement devenir anti-occidentale. Il faut dire qu’en matière de traitres, il s’y connait. Mais même ringardisée, la Turquie gardera toujours ses rêves d’Empire. Un peu comme Rachida Dati.

  • Commentaires

    1
    Kaspal
    Mercredi 7 Juillet 2010 à 23:57
    prems
    J'allais demander à Man One l'autorisation du copywrong quand j'ai vu ton com. J'me suis dit que la peste Vert Brun Rouge soupçonnerait un complot des zion's wisemen ;)
    2
    Jeudi 8 Juillet 2010 à 11:37
    :o)
    Maj est d'ailleurs très pointilleux sur les fréquentations de ce blog. Je lui ai promis de faire le ménage si nécessaire. Quant aux RVB, qu'ils soupçonnent, c'est dans leur culture...
    3
    Dimanche 11 Juillet 2010 à 23:44
    tl ; dr
    Fuck the middle east.
    4
    Papooze
    Lundi 12 Juillet 2010 à 16:07
    zobissime
    Les typhons, font, font, les petites mariolettes, les typhons, font, font, un p'tit tour et puis font "fuck" ! Sérieusement Typhon je comprends ton émoi. Quand c'est trop compliqué on dit fuck. Mais il faut rompre l'os pour sucer la substantifique morale. La poudrière du middle east, ce nœud super-gordien, trouve elle AUSSI ses premières racines dans les actions "civilisatrices" de la tribu du Senatus Populus Que Romanus. (SPQR : Sale Putasse Qu'était Rome). Après quoi grand-père Muhammad y a inscrit sa signature, et bien après les p'tits copains de Gode-Froid-de-Couillon y ont étalé leur couche de conneries. Et encore plus tard ce furent les Ottomans, des humanistes, et puis les Rosbifs, en concurrence avec les fromages qui puent de la Gaulle. La suite on la connaît. C'est çà le destin, quand on se trouve aux frontières de trois continents incontinents. Quant à dire fuck, si tu regardes bien ce qu'est devenue la France de Villon aujourd'hui tu verras que ses ennemis y sont déjà nombreux et qu'ils n'y sont pas que pour une petite ballade. Papooze (le p'tit Apache que les cow-boys n'ont pas encore eu)
    5
    Mardi 13 Juillet 2010 à 12:02
    Sic transit gloria mundi
    Monsieur, personne ne vous demandais d'étaler votre vision de l'histoire à la fois hautement simplificatrice et profondément inintéressante, et quitte à poster, vous eussiez été mieux inspiré de développer certains autres points. Typhon
    6
    Papooze
    Mardi 13 Juillet 2010 à 20:42
    enchanté
    Votre réponse m'est un vrai plaisir. La forme se distingue sensiblement du premier jet, qui lui, semblait être une simple éjaculation. Je vous méconnaissais. Mais je vais quand même rester sur ma première vision de l'histoire, maintenant que je sais que vous n'êtes point privé de culture, et j'ajoute qu'aujourd'hui je suis fatigué. Salutations.
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    7
    Mercredi 14 Juillet 2010 à 00:49
    Sic transit gloria mundi
    Ah quelle belle métaphore, et si appropriée, d'une certaine manière, pour ce que je me serais contenté platement d'appeler un cri du coeur. Typhon
    8
    Papooze
    Vendredi 16 Juillet 2010 à 12:54
    détail
    "personne ne vous demandais". Comme dirait Terence Hill votre nom est personne ? ;). Papooze, toujours fatigué.
    9
    Hanoho
    Lundi 19 Juillet 2010 à 18:50
    Je dirais meme plus :)
    "révolution" anti-kémaliste de la Turquie... Exactement ! Tout le monde le sait et tout le monde feint de ne pas le voir. (Comme pour beaucoup de choses d'ailleurs) http://www.librairie-la-geographie.com/boutique/fiche_produit.cfm?ref=9365&type=356&code_lg=lg_fr&num=181
    10
    Dimanche 25 Juillet 2010 à 16:51
    Sic transit gloria mundi
    Mon nom est Légion, car je suis nombreux. Typhon
    11
    Dimanche 1er Août 2010 à 15:20
    Saro-yo-yo...
    "Il faut dire qu’en matière de traitres, il s’y connait." Ca, c'est très bien envoyé !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :